Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour le 24 août, 2014

Conscience, Esprit SAIN chap. N° 8 – Femme et Conscience

Posté : 24 août, 2014 @ 4:40 dans Non classé | Pas de commentaires »

Coucher de soleil-esprit du loup

Esprit Sain, Conscience

 

 

 

Conscience, Esprit Sain

 

 

 

Chapitre N° 8

 

 

 

Femme et Conscience

 

 

 

 

 

Vous mes semblables, voilà pour certains plus de huit années que vous me lisez. Malgré la maladie j’ai toujours essayé de vous écrire au moins une fois par semaine ce qui n’a pas toujours été une chose facile, mais qu’est-ce-que je suis content de cela !

 

Un fait réel et étrange, il y a bien longtemps que cette maladie nosocomiale aurait due me faire quitter le monde des vivants, mais je suis toujours là, pour le plus grand bonheur de mon épouse et, même si mon toubib ne comprend pas, il est content et voudrait bien que cela continue, sachant très bien que plus les années avancent, plus la douleur est vive la « morphine » faisant de moins en moins effet.

 

Je continue à lire ce livre Bible, Ancien et Nouveau Testament afin de vous mettre sur le sentier qui mène vers ce Dieu seul et unique que je nomme « EL-SHADDAÏ », mais cela vous l’aviez remarqué

 

Dans notre vie de modernisme où la religion perd de son emprise, remplacée par les jeux vidéo, la boisson alcoolisée, la drogue et le sexe pour notre jeunesse, les parents abandonnant leurs rôle primordial d’éducateur, nous nous trouvons, nous qui voulons volontairement être les enfants d’EL-SHADDAÏ, comme à l’ère d’Abraham.

 

En effet si nous regardons autour de nous, nous ne trouvons qu’animosité, jalousie, convoitise, envieux de son prochain.

 

Vous, Lecteurs, vous devez impérativement tenir votre rôle d’homme, c’est-à-dire subvenir aux biens de la maison et de votre femme, offrir une éducation digne des lois d’El-Shaddaï et des enseignements de Jésus le Nazaréen à vos enfants, la fessé juste redresse l’enfant. Je sais très bien qu’aujourd’hui le salaire de l’homme ne suffit plus à faire vivre la famille, et que son épouse doit aussi travailler, mais si la famille comporte deux ou trois enfants, l’épouse peut travailler à mi-temps et tenir son rôle de femme.

 

La télévision a remplacé les discussions qu’il y avait entre parents et enfants en faisant le malheur de tous, le père ne connaissant plus sa progéniture et se s’apercevant plus des difficultés que ce dernier pouvait rencontrer dans la vie courante de sa jeunesse. La mère entrant de son travail plus ou moins fatiguée, pensant surtout à sa propre personne, à son aspect extérieur, cette beauté superficielle, néglige se qui faisait sa force, sa gloire, le respect de ses semblables, l’entretien de sa maisonnée.

 

Ce n’est pas un déshonneur de tenir son rôle de femme, bien au contraire c’est un honneur, une gloire, une couronne d’or sur la tête.

 

Vous, Lectrices, vous devez garder votre rôle de femme, et ce n’est pas un déshonneur d’être mère au foyer, au contraire, car si vous vivez dans les Lois d’El-Shaddaï et les enseignements de Jésus le Nazaréen, votre ménage sera riche, une femme bonne ménagère et cuisinière c’est de l’or dans un foyer.

 

En général c’est la femme qui tient la bourse du foyer. Par plusieurs exemples que j’ai autour de moi, ces personnes n’ayant pas mes convictions religieuses, donc je fais abstraction sur la croyance en El-Shaddaï, entre deux foyers la différence de budget est énorme. En effet c’est le foyer où la rentré d’argent est le moindre qui d’extérieur parait le plus aisé, pourquoi ? La maman ne travaille plus depuis l’accouchement de son deuxième enfant. Comme elle me le dit, Jean-Paul je vis mieux maintenant que quand je travaillais et les économies que nous faisons, sont principalement sur la nourriture, je n’ai plus l’essence du transport pour le travail, ni la cantine, enfin tout calculé, je suis bénéficiaire de rester à la maison, et crois-moi j’ai toujours quelque chose à faire, je ne m’ennuie pas.

 

A vous femme, ayez du respect pour votre époux, car si, il est l’homme de la maison, c’est vous indirectement qui la commandée.

 

Voici ce que dit la Bible, Siracide ou Ecclésiastiques XXVI : 1-4, 13-16

 

« Heureux l’époux dont la femme est excellente, le nombre de ses jours sera doublé

 

Une femme parfaite est la joie de son mari, il passera dans la paix toutes les années de sa vie.

 

Une femme excellente est une part de choix, attribuée à ceux qui craignent le Seigneur riches ou pauvres, leur cœur est en liesse, ils montrent toujours un visage joyeux. »

 

« La grâce d’une épouse fait la joie de son mari et sa science est pour lui une force.

 

Une femme silencieuse est un don du Seigneur, celle qui est bien élevée est sans prix.

 

Une femme pudique est une double grâce, celle qui est chaste est d’une valeur inestimable.

 

Comme le soleil levant sur les montagnes du Seigneur, ainsi le charme d’une jolie femme dans une maison bien tenue. »

 

Voilà quarante-trois ans que je suis avec mon épouse, et elle m’a donné quatre enfants. Comme tout couple nous avons eu des hauts et des bas, mais nous avons traversé toutes ces années ensembles et quant à quarante-sept ans j’ai été paralysé elle est restée auprès de moi.

 

Elle me disait qu’on ne vit pas avec le dessous de la ceinture mais avec le dessus.

 

De la part de nos relations ou de nos amis elle ne reçoit que des éloges, et elle est fière de sa maison. Je suis bien obligé de reconnaître que sans connaître les Lois d’El-Shaddaï et les enseignements de Jésus le Nazaréen elle a toujours tenue son rôle de femme en tout et pour elle cela n’a jamais été un déshonneur mais un honneur.

 

Proverbes XXXI : 10-12, 18-23, 25-29

 

« Une maîtresse femme, qui la trouvera ? Elle a bien plus de prix que les perles!

 

En elle se confie le cœur de son mari, il ne manque pas d’en tirer profit

 

Elle fait son bonheur et non son malheur, tous les jours de sa vie.

 

Elle sait que ses affaires vont bien, de la nuit, sa lampe ne s’éteint

 

Elle met la main à la quenouille, ses doigts prennent le fuseau.

 

Elle étend les mains vers le pauvre, elle tend les bras aux malheureux.

 

Elle ne redoute pas la neige pour sa maison, car toute sa maisonnée porte double vêtement.

 

Elle se fait des couvertures, de lin et de pourpre est son vêtement.

 

Aux portes de la ville, son mari est connu, il siège parmi les anciens du pays.

 

Avec sagesse elle ouvre la bouche, sur sa langue : une doctrine de piété.

 

De sa maisonnée, elle surveille le va-et-vient, elle ne mange pas le pain de l’oisiveté.

 

Ses fils se lèvent pour la proclamer bienheureuse, son mari, pour faire son éloge :

 

« Nombre de femmes ont accompli des exploits, mais toi, tu les surpasses toutes! » »

 

Quand elle entend une de ces filles parler à son mari, elle n’est plus étonnée si elle n’est pas heureuse.

 

Pensez bien à ce que je vais écrire. La femme doit soumission à son mari, et celui-ci lui doit le nécessaire pour vivre. La femme n’est pas l’égal de l’homme et jamais n’y sera mais c’est son complément. La femme ne peut vivre sans l’homme et l’homme ne peut vivre sans la femme, ils ne font qu’un car l’un a besoin de l’autre.

 

Le verbe étant l’homme, comme dans une phrase il faut un complément, pas de complément pas de phrase, mais aussi pas de verbe, pas de phrase.  

 

Combien de nos semblables qui ne vont plus à l’Église, ne croyant plus à ses enseignements vont se marier dans ce Temple pour faire comme tout le monde. C’est pour la même raison qu’ils font marquer leur nourrisson au front du signe idolâtre de la croix par le baptême, qui, aujourd’hui n’a plus aucune signification, les Enseignements de Jésus le Nazaréen étant depuis longtemps dans les oubliettes.

 

Nous humains imparfaits nous nous trouvons dans cette jungle où l’impiété, l’idolâtrie, le sexe, la convoitise, l’argent règnent en maître. Les hommes ne sont plus des « hommes », et les femmes ne tiennent plus leur rôle de femme, d’épouse, arrivée à l’âge de la quarantaine elles quittent leur foyer en ne pensant qu’avec le dessous de la ceinture, voulant être l’égale de l’homme alors qu’elles savent dans leur font intérieure que jamais elles n’y arriveront, mais elles ont quand même abandonnés enfants et mari pour leur plaisir charnel et arrivée à soixante ans elles se retrouvent seules.

 

Ce que je viens d’écrire est faux ?

 

Malheureusement la vérité est là, et cela va continuer jusqu’au jour ou l’enfant ne sera plus qui est son père !

 

Et nous, enfants d’EL-SHADDAÏ nous devons nous battre pour rester intègre. Nous ne pouvons et ne devons représenter notre Dieu par de la matière, car comme la chrétienté, nous deviendrions idolâtres.

 

Voilà maintenant dix années que j’ai choisi ce Dieu invisible, que je nomme par ce nom que j’ai trouvé dans le Bible, comme Abraham le nommait, « Dieu au-dessus des Montagnes » soit EL pour « Dieu » et « SHADDAÏ » traduction au-dessus des Montagnes, son Nom.

 

Oui ! Il faut beaucoup de force !

 

Il n’est pas facile pour nous humains d’adorer un Dieu que l’on ne peut représenter, alors que sa représentation est partout, devant nos yeux, exemple quand nous regardons notre semblable dans la rue, c’est l’image de notre Dieux, quand nous regardons le ciel c’est sa force et sa puissance, et quand nous admirons la nature dans son ensemble nous voyons l’esprit et l’intelligence de notre Dieu, donc comme je l’ai écrit quelques lignes plus haut, pourquoi faire une image taillée puisqu’il est partout et qu’il est tout.

 

Nous humains qui voulons être ses enfants, il nous suffit de l’adorer sincèrement par l’esprit, notre esprit de réflexion, de raisonnement, et notre cœur pour le remercier de tout l’amour qu’il nous donne.

 

Si déjà nous avons le manger, le vêtement et un toit pour nous protéger des variations du ciel, nous possédons l’essentiel, et par notre travail nous pouvons avoir le surplus qui ne doit pas nous éloigner du Dieu seul et unique, notre Dieu SHADDAÏ.

 

Ce n’est pas parce que je prie EL-SHADDAÏ en premier, que je renie son Fils Jésus le Nazaréen ! Sans ce dernier nous n’aurions aucune espérance, cette espérance de vie éternelle sur cette magnifique Terre.

 

Simplement je suis son enseignement quand il nous demande de prier son Père en premier et non lui : « Notre Père qui est au Cieux, que ton NOM soit … »

 

Il ne sert à rien de réciter trois « Notre Père », en commettant l’idolâtrie devant un morceau de bois en forme de croix, et ne pas comprendre ce que l’on récite !

 

La prière doit venir du cœur, et de l’esprit par des mots sincères, les notre, avec notre façon de parler, et non des prières toutes faites que vous récitons machinalement, où le cœur et l’esprit sont absent.

 

Vous, Lectrices et Lecteurs, mes semblables, soyez le Nouveau Peuple de ce Dieu seul et unique, soyez, soyons ses enfants et considérons son Fils Jésus le Nazaréen, non comme un « Dieu », mais comme notre Roi, lui notre médiateur, et nous lui devons allégeance et respect en le priant comme il doit être, soumis à son Père, en faisant les volontés de celui-ci. Mais jamais il n’est l’égal de son Père qui reste notre seul Dieu.

 

Comme je le dis « l’Esprit-Saint » chrétien n’existe pas, encore moins quand on le considère comme une personne, et après qu’on le vénère comme un « Dieu ».

 

L’humain aujourd’hui ne croit plus en rien, tout du moins dans notre pays, la France, car nous sommes considérés comme un pays laïc. Les pays dit catholique comme l’Italie, l’Espagne, le Portugal sont aussi touchés par ce phénomène de perte de foi, sauf peut-être les pays d’Amérique du Sud. Les confessions protestantes anglo-saxonnes constatent aussi ce phénomène par la stagnation de leurs églises.

 

Donc au niveau planétaire l’humain ne croit plus en la spiritualité de ces religions mondiales mais il a trouvé de nouveaux dieux comme l’argent, le sexe, surtout le contre nature comme à l’époque de Sodome et Gomorrhe. Je suis un menteur ? Sûrement pas, il suffit de regarder tous ces jeux télévisés et vous ne faite que constater.

 

Apocalypse XVIII : 4-8  

 

 « Puis j’entendis une autre voix qui disait, du ciel :

 

« Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n’ayez à pâtir de ses plaies !

 

Car ses péchés se sont amoncelés jusqu’au ciel, et EL-SHADDAÏ s’est souvenu de ses iniquités.

 

Payez-la de sa propre monnaie ! Rendez-lui au double de ses forfaits ! Dans la coupe de ses mixtures, mélangez une double dose !

 

 

 

A la mesure de son faste et de son luxe, donnez-lui tourments et malheurs ! Je trône en reine, se dit-elle, et je ne suis pas veuve, et jamais je ne verrai le deuil…

Voilà pourquoi, en un seul jour, des plaies vont fondre sur elle : peste, deuil et famine ; elle sera consumée par le feu. Car il est puissant, le Seigneur EL-SHADDAÏ qui l’a condamnée. » »

 

Nous humains de ce XXIème siècle, soyons les « Enfants d’EL-SHADDAÏ », rejoignions notre Père Céleste en sortant de tout ce milieu spirituel idolâtre, quel qu’il soit, même protestant, qui en premier ne reconnait pas le virginité de la mère de Jésus le Nazaréen, ne croit pas aux « Saints », n’a pas de statuts ni de crucifix dans ces Temples, mais ce met en adoration devant la croix, car dans tous ces Temples il y a une grande croix de bois devant laquelle les fidèles prient.

 

Alors sortons, sortez de tout ce milieu, et priez avec votre cœur ce Dieu seul et unique, avec une conscience propre, sans tache, sans hypocrisie. En premier, pour certain de mes semblables le plus dur est d’arrêter d’être idolâtre, car depuis leur plus tendre enfance par les parents ils ont appris à se signer devant un crucifix, une croix, une statue de femme représentant la mère de Jésus le Nazaréen nommé « Sainte Vierge ».

 

Là je viens parler de la femme, car il faut bien l’admettre, c’est elle qui depuis notre naissance tient le plus de place dans notre vie.

 

La société la rend responsable de la première transgression devant EL-SHADDAÏ, prenant pour excuse l’animal le plus sensé du « Jardin d’Éden », mais il faut bien admettre que le premier humain de la Terre, l’Homme, pouvait refuser de prendre le fruit que sa femme lui présentait, même si celle-ci par des paroles de forfaiture lui vantait la qualité du fruit, surtout qu’il connaissait la sentence, donc !…..

 

Pour ce jour, je reste là mes écrits, vous laissant seul avec votre conscience.

 

D’autres écrits prochainement, dans un peu plus d’une semaine, peut-être sur le temps des dernières générations, mais il me faut l’aide d’EL-SHADDAÏ, car le sujet est complexe et il faut que je sois le plus près de la vérité, sinon en attendant sur les Enseignements de Jésus le Nazaréen.

 

Pour le moment soyez en accord avec votre conscience et essayez d’avoir un « Esprit SAIN » pour prier ce Dieu seul et unique son fils étant notre médiateur, lui qui doit attendre son couronnement comme notre Roi sur la Terre après les terribles tribulations des dernières générations.

 

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

 

Salutations cordiales !

 

Sig : JP.G. dit « GRAND-LOUP » ou « GRANDELOUPO »

 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus