Discernement Philosophie par Grandeloupo

Bienvenue à Tous et bonne lecture !…. Aprés, vous êtes libre de votre réflexion !

Archive pour juin, 2019

L’Âme n’est pas … chap. N°3 – SAMMAËL Prince de la terre …

Posté : 30 juin, 2019 @ 5:53 dans L'Âme n'est pas Esprit | Pas de commentaires »

L’Âme n’est pas « Esprit », et l’esprit est dans « l’Âme »

 

 

Chapitre N° 3

 

SAMMAËL, Prince de la Terre même ce jour

 

Pour être « PÈRE »il faut procréer avec son épouse qui vous donnera un « Fils » si le jour de la procréation tous les éléments déterminants favorisent le sens mâle plutôt que le sens féminin. Le jour de l’accouchement de votre épouse celle-ci vous offre un « FILS » et ce fils restera pendant quatre années dans le monde animal.

Celui-ci grandit, se développe et à l’âge de raison devient autonome, il est responsable de ses actions devant le Créateur, et il a donné naissance à son double, sa conscience, ce subconscient qui le guidera en bien, en mal, selon l’éducation primaire que ses parents lui ont apprise.

Il y a bien deux êtres différents même si le fils ressemble au père. Ils n’ont pas les mêmes goûts, la réaction sentimentale sur un point donné sera autre, même si l’esprit est convergent c’est-à-dire le raisonnement, la réflexion, la pensé, etc.

La génétique tel qu’EL-SHADDAÏ là créé est que l’enfant à sa naissance possède cinquante pourcents de la mère et cinquante pourcents du père, c’est une égalité en tout même en bien, même en mal, la part est égale

Pour cette seconde écriture vous allez avoir du mal à me contredire, la réalité est tellement flagrante.

J’en déduis que vous êtes en accord avec moi, il y a le « Père »avec son « esprit »son « souffle » de réflexion, raisonnement, pensés de penser, de considération, méditation, etc, et il y a aussi le « Fils » avec son « esprit » son « souffle »d’argumentation, de thèse, d’exposé, d’opinion, de dessein, d’entendement, etc.

Ani-Abeille-ouvrière grossesse-developpement-foetus-embryon-3semainesLà, nous étions chez les humains, alors, maintenant, retournons dans les Cieux !

Le Fils, Jésus le Nazaréen est né dans les Cieux. Il grandit pour arriver à maturité, disons, comme l’humain, à l’âge de raison. Jésus, Emmanuel est responsable de lui, de ses actions.

Jean I : 18

« Nul n’a jamais vu EL-SHADDAÏ ; le Fils Unique-Engendré, qui est dans le sein du Père, lui, l’a fait connaître. »

Nous avons le Père EL-SHADDAÏ avec un cerveau où loge le raisonnement, la réflexion, etc, le tout se nommant « Esprit » ou « Souffle », et un Fils, EMMANUEL, Jésus de Nazareth qui possède un cerveau où réside l’exposé, justification, rhétorique, synthèse, compréhension, discernement, etc le tout se nommant « Esprit » ou « Souffle d’Intelligence ».

Nous avons bien deux Êtres différents en tout.

Surtout génétiquement, Jésus le Nazôréen ne sait pas façonné par lui-même ! Il a été engendré c’est-à-dire façonner dans un autre corps déjà fabriqué, donc ce n’est pas une création comme l’Humain, l’Homme et la Femme, c’est une procréation. « La procréation ou reproduction est un processus biologique qui permet la production de nouveaux organismes d’une espèce à partir d’individus préexistants de cette espèce »

Jésus le Nazôréen, nommé Emmanuel dans les Cieux, fut engendré dans un corps androgyne déifié, donc par la volonté spirituel et interne de son Géniteur Divin EL-SHADDAÏ, Emmanuel son futur Fils fut élaboré dans les entrailles de cet Être Divin androgyne qui enregistra toutes les étapes constituées du modelage de son Fils, de l’alchimie ventriculaire ainsi que de l’hermétisme ésotérique. Cet Être Suprême est le seul à connaître ces confidentialités mystérieuses de la reproduction, jalousement Il les garde, mais dans sa création au monde féminin terrestre, florale, ovipare et mammifère dans leurs gènes Il leur a offert ce mystère énigmatique de la procréation dont il est l’unique détenteur.

Autre chose importante, sans « Père »il n’y a pas de « Fils »donc il faut obligatoirement un« Père » pour être « Fils »et existe deux sorte de fils, celui qui est procréé et celui qui est adopté comme les Romains le faisait couramment et un troisième qui est péjoratif, celui qui fut créé comme l’Humain qui vient d’une « Création » et certainement pas d’une « Évolution », trop complexe, trop de physique et de chimie dans le corps humain. Les scientifiques affirment que le corps humain est composé de mille-quatre-cents usines chimiques différentes dans son fonctionnement et que normalement ce corps devrait fonctionner éternellement, la vieillesse et la mort sont inexplicable, car ils ne comprennent pas pourquoi les cellules arrêtent de ce reproduirent, les unes derrière les autres, ce phénomène est anti-scientifique. La vieillesse et la mort sont anormales, « contre-nature », contraire aux gènes humains !

El-Sh-IL regarde même nos villagesEmmanuel a un commencement par son « Père et sa Mère »,l’unique Dieu de l’Univers et du Cosmos, androgyne, qui engendra Jésus le Nazôréen sur Terre, voilà pourquoi nous pouvons l’appeler « Père » puisqu’il a engendré, puis après il a créé mâle et femelle de l’infiniment petit à l’infiniment grand, afin que tous ce qui respirent se reproduisent, tous les Êtres vivants.

Involontairement je viens de vous dévoiler le mensonge de la religion Chrétienne avec « Dieu » le Père, « Dieu » le Fils, et le comble « Dieu » Saint-Esprit, alors « Dieu » le Père je veux bien, ci-dessus je viens de vous prouver l’impossibilité à Jésus le Nazôréen d’être « Dieu »,il lui manque trop de connaissances, et il a eu un commencement, quand au Saint-Esprit, comment quelque chose d’invisible et éphémère peut être un « Dieu » ?

En premier, au niveau substance, le Fils est un mélange de l’Être Suprême androgyne. En effet, Jésus Emmanuel est pour une part androgyne féminin, et pour l’autre part androgyne masculin, sachant que la partie mâle est prioritaire sur la partie femelle, voilà pourquoi Jésus Emmanuel le Nazôréen est aux Cieux de sexe masculin, non androgyne comme son Père Géniteur, mais comme tous les « VIVANTS » des Cieux il ne peut se reproduire puisqu’il est asexué.

Cette Loi du masculin sera valable pour tout l’Univers. Exemple en grammaire le masculin l’emporte sur le féminin.

Vous allez avoir du mal à contredire cette logique en me servant uniquement de ce qui est démontré par les encyclopédies, là pas de dogmes religieux juste une constatation.

Maintenant dans les Cieux nous avons deux Êtres, l’un substance car formé par lui-même, par sa propre volonté dont nous ignorons le commencement puisqu’il était déjà là, a errer dans une immensité sombre et froide. D’où vient-Il ? Mystère ! Il est substance, donc matières différentes, façonné par lui-même, oui mais quelles sont ces matières ? D’où viennent-elles ? Pas de réponse ! Cet Être est de forme humaine, de silhouette humaine, avec une tête, des membres avec mains et pieds, vêtu d’une longue robe blanche éclatante, représenté par la race humaine avec une longue barbe, des moustaches épaisses et longues, des cheveux longs le tout ayant la blancheur de la neige.

Pour la religion hébraïque, c’est le seul et unique « Dieu »,comme pour vous et pour moi, pour la religion chrétienne il fait partie d’une Trinité, Trias, Trimurti, pour les autres religions trois Dieu en un seul, personnellement je nomme cela un plurithéiste et non un monothéiste

Là, c’est une question de foi personnelle à chacun de nous, croire ou ne pas croire, ce serait cet Être qui aurait créé l’Univers

Personnellement je crois que cet Être Suprême créa l’Univers qui pendant une époque de milliard d’années devait être un véritable capharnaüm. C’est pendant cet agrégat qu’il décida de ce faire un « Fils »

Ce fils qu’il ne créa pas, mais qu’il façonna lui-même à l’intérieur de ses entrailles devait être à sa ressemblance de forme humaine de silhouette humaine, nous à sa ressemblance, alors questions, qu’elle était l’image d’Emmanuel aux Cieux ? Quelque chose de magnifique à la ressemblance de son Père, mais « nul ne peut voir la face de ce Dieu, EL-SHADDAÏ et vivre » et pourtant le « Fils »à bien dû regarder son Père ? Cela est juste et normal ! Les Écrits les plus vieux, ceux d’avant le Déluge, ne parle pas d’EmmanuelEsp-sa.-Trinité - Miranda

Nous avons bien deux Êtres dans les Cieux qui sont matériels, qui sont substances, en un mot qui sont quelque chose, nous à leur ressemblance, non translucide, comme l’humain sur la Terre, mais d’une substance différente, de matières différentes qui réunies ensembles forment notre sosie humain si je puis m’exprimer ainsi.

Chacun de ces deux Êtres possède un cerveau dans leur morphologie, l’un étant l’Engendré de l’autre.

En quelques lignes je viens de vous prouver la différence avec une similitude entre le Dieu Unique SHADDAÏ et son Fils Jésus Emmanuel nommé le Bien-Aimé dans les Cieux.

Tous les deux possédant un cerveau, en toute logique possèdent un « esprit »,égal, un « souffle ».En effet « l’esprit »et le « souffle »c’est la même chose puisque c’est du « vent »,et que « Esprit »est synonyme de « Souffle »

Pour preuve vos pensées, vos réflexions et autres passent à la vitesse du vent dans votre cerveau et cela se nomme l’esprit.

Qui de vous Lectrices, Lecteurs, peut me démentir ?

Nous avons dans les Cieux deux esprits différents l’un autoritaire, l’autre soumis, cela ne signifie pas qu’ils ne sont pas en osmoses, en voici la preuve.

EL-SHADDAÏ est un Dieu seul et unique, mais laissons les Écritures parler !

Isaïe XLIV : 24

« Ainsi parle EL-SHADDAÏ, ton rédempteur, celui qui t’a modelé dès le sein maternel, c’est moi, EL-SHADDAÏ, qui ai fait toutes choses, qui seul ai déployé les cieux, affermi la terre, sans personne avec moi ! »

Par ce verset de grande importance, EL-SHADDAÏ a créé tout l’Univers, tout ce qui existe dans le Cosmos, mais aussi notre Galaxie avec sa Planète Bleue nommée Terre, tout ce qui vit dessus, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, du monde végétal et animal, et il en assume la gestion, même ce jour d’écriture, et il posa dessus une merveille de création, façonnée à son image, son reflet, l’Humain, et tout ceci, Il le fit seul, sans son Fils Unique-Engendré.

Alors j’insiste peut-être, mais vous Chrétiens, vous êtes bien obligés de reconnaître cette vérité flagrante, Jésus le Nazôréen, votre Jésus-Christ, n’a en aucune manière participé à la création de son Père.

Isaïe LXIII : 10-11

« — ; afin que vous le sachiez, que vous croyiez en moi et que vous compreniez que c’est moi EL-SHADDAÏ : avant moi aucun Dieu n’a été formé et après moi il n’y en aura pas.

Moi, c’est moi EL-SHADDAÏ, et en dehors de moi il n’y a pas de Sauveur. »

Deutéronome IV : 39

« Sache-le donc aujourd’hui et médite-le dans ton cœur : c’est EL-SHADDAÏ qui est Dieu, là-haut dans les Cieux comme ici-bas sur la terre, lui et nul autre. »

Deutéronome XXXII : 39

« Voyez maintenant que moi, moi je suis EL-SHADDAÏ et que nul autre à côté de moi n’est Dieu ! C’est moi qui fais mourir et qui fais vivre ; quand j’ai frappé, c’est moi qui guéris et personne ne délivre de ma main. »

J’accentue encore une fois, mais EL-SHADDAÏ n’a personne assis à côté de Lui ou se tenant à côté de Lui en tant que « DIEU ».Personne à gauche, personne à droite n’est « DIEU »,ce qui nous confirme que le Jésus-Christ des Chrétiens n’est pas un « DIEU »,ni un dieu « Dieu »et rien n’empêche que Jésus le Nazaréen soit assis à la droite de son Père et le regarde faire, comme un Fils.

Exemple : Ce n’est pas parce que mon « fils », en réalité mes fils, étaient à côté de moi dans l’entreprise qu’ils étaient « Patrons ».

Dans Jean XX : 17, « Jésus lui dit : « Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. », donc Jésus le Nazôréen reconnait qu’EL-SHADDAÏ est son Père, mais aussi son « Dieu »tout comme il est notre « Père »et notre « Dieu »,que de vérité dans ce verset qui n’est jamais cité par la chrétienté car c’est une destruction flagrante de la « Sainte Trinité ».

Dans l’Évangile de Matthieu il est écrit aussi cela Matthieu XXIII : 9, « N’appelez personne votre « Père » sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le Père céleste. »

Jésus le Nazôréen monte vers son Père recevoir son investiture de « ROI »des « Cieux »et de s’assoir à la droite de son Père sur son Trône, mais il n’a pas reçu encore l’investiture terrestre, c’est toujours depuis plus de cinq mille ans, SAMMAËL qui gouverne la Planète Terre et ses environs, car si Jésus le Nazôréen avait reçu son intronisation le mal n’existerait plus sur la Terre et les guerres depuis deux mille ans qu’il est décédé sur cette Terre n’auraient jamais eu cours.

En plus de cela l’Apôtre Matthieu écrit bien qu’il ne faut appeler personne « Père »sur la Terre car le seul est EL-SHADDAÏ alors pourquoi dans la chrétienté vous nommé les Abbés et Curé « mon Père » alors que Jésus le Nazôréen l’interdisait ? Quelle hypocrisie de la part de cette religion qui éloigne ses ouailles de la vérité ? Là je peux écrire que l’esprit est mauvais puisque les guides font le contraire des Enseignements de Jésus le Nazôréen ! …

Cela confirme que Jésus le Nazôréen n’a pas reçu la « Royauté »terrestre et que SAMMAËL a énormément de moyen pour éloigner les humains du chemin qui les mènent vers ce Dieu seul et unique, cet Être Suprême, que je nomme EL-SHADDAÏ.

Esp - Au-dessus dans les cieux le DéfiSAMMAËL,Prince de la Terre, cela est une évidence absolue puisque sa plus grande démonstration est la religion « Chrétienne »dans toute ses compositions, Catholique avec le Pape à Rome, deux milliard et demi de fidèles, Istambul avec son Pope Orthodoxe, avec un milliard d’ouailles, Protestant encore autant, ce qui fait quatre milliards de « Chrétiens »la plus grande formation idolâtre de la Terre et je ne compte pas la religion musulmane plus d’un milliard de fidèles, l’Hindouisme, le Bouddhisme, ce qui fait plus de six milliard de fidèles aux religions trinitaires et idolâtres, partisans de SAMMAËL, sans compter les religions de l’Asie qui ne sont pas des religions, mais des thèmes de penser et la religion hébraïque peut-être la moins polluée par l’esprit de SAMMAËL et des Siens, alors il ne reste qu’un petit nombre de fidèle à EL-SHADDAÏ, vraiment un petit nombre, seulement cent, deux-cents mille fidèles à ce Dieu unique, sur sept milliard deux-cents mille humains, vivant aujourd’hui sur la Terre, un caillou dans la mer, voilà ce que représente les humains aimants EL-SHADDAÏ, avec ses Lois et Jésus le Nazôréen avec ses Enseignements, le premier notre « Dieu »,le second notre « Roi »,l’un étant avec l’autre, nous adorons, vénérons le premier, et aimons le second, chacun à sa place, ce qui est à EL-SHADDAÏ appartient à EL-SHADDAÏ notre « Dieu »,et ce qui est à Jésus le Nazôréen incarne Jésus le Nazôréen notre « Roi »sur la Terre.

Je réitère dans mon cœur comme dans mes pensées l’Être Suprême est mon Dieu, mais Jésus le Nazôréen n’est pas un « Dieu »,je l’aime comme notre « Roi »,comme le Fils de l’Être Suprême, pas comme un « Dieu »,car l’on ne peut pas adorer l’un et rejeter l’autre, mais il faut vénérer l’un comme l’unique, le seul « Dieu »de tout l’Univers et aimer l’autre, notre « Roi »,pour nous avoir enseigné comment adorer son Père en « Conscience et Vérité »,sans hypocrisie, sans arrières pensées, par le cœur et l’esprit.

La suite pour bientôt afin de laisser place à votre propre réflexion !

Portez-vous bien et prenez soins de vous !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »

L’Âme n’est pas …, chap. N°2 – L’Âme de l’humain renferme l’esprit

Posté : 18 juin, 2019 @ 5:55 dans L'Âme n'est pas Esprit | Pas de commentaires »

L’Âme n’est pas « Esprit », et l’esprit est dans « l’Âme »

 

 

Chapitre N° 2

 

L’Âme de l’humain renferme l’esprit

 

Je reviens sur la bible juste pour se souvenir. EL-SHADDAÏ à la fin de sixième jour déposa son pantin l’Homme sur la terre de la Planète Terre, lui insuffla le « Souffle de Vie »dans les narines et le pantin devint une « Âme Vivante ».

Uni.capharnaüm du com. 300xjpgL’Homme devient un être vivant après avoir reçu un vent, ce n’est pas l’esprit !

Ce vent aida ses poumons à fonctionner, mais aussi toute une chaine systématique, automatique, l’Homme à respirer, inspirer, le cœur s’est mis en mouvement le liquide génétique de la vie commença à circuler dans les artères et les veines, quatre mille-trois-cent-vingt pulsation à l’heure, cent-trois-mille-six-cent-quatre-vingt en vingt-quatre heures, pour en litre de sang trois-cents litres à l’heure soit sept mille deux-cents litres en vingt-quatre heures, et ce sang oxygène le cerveau qui est le combustible de cet organe, qui siège à l’intérieur du crâne et c’est là que repose l’esprit, qui est comme le vent, éphémère, mais ce n’est pas l’âme.

L’Âme en terme générale c’est l’ensemble corporel humain, mais l’âme siège dans le sang, qui est, comme déjà écrit, la génétique de l’humain, et c’est aussi la vie, car c’est lui le transporteur de tout ce que le corps à besoin.

L’Esprit écrit ainsi est un être spectre, fantomatique, translucide, donc ce ne peut être ni un Ange, ni un Démon et encore moins EL-SHADDAÏ.

La religion chrétienne dit que leur dieu « Dieu »est « Esprit »,mon Dieu à moi, le seul l’unique que je nomme EL-SHADDAÏ n’est pas « Esprit »non ! , par contre comme il est matière c’est-à-dire substance, façonné par lui-même, par sa propre volonté, dont nous ignorons le commencement et nous ignorerons la fin, car Il n’a pas de fin, la seule chose il possède une silhouette humaine puisque nous sommes son reflet, son image, il possède un cerveau avec un esprit d’Intelligence phénoménal, doté d’une immense « Sagesse », au regard de la gestion de l’Univers, et plus près de nous, de la Planète Terre.

Reconnaissons que l’administration de la Terre, partout où l’homme ne peut pas entrer, est quelque chose de merveilleux, de splendide, rien qu’en regardant l’intendance du corps humain, ainsi que l’éthique de la terre. Cet Être de matière, non diaphane, possédant une tête des cheveux, des bras et des mains, des jambes et des pieds puisqu’il se déplace comme un humain, je n’invente rien, c’est la description de Moïse sur la Montagne Ardente, la Montagne Sainte, où le peuple n’avait pas le droit de monter, doit posséder un cerveau avec un esprit de « Sagesse »et « d’Intelligence »phénoménal, car l’humain il fallait l’inventer, quelle merveilleuse machine capable de se réparer toute seule des incidents bénins quel exploit dans la physique et la chimie que ce corps humain ? L’Évolution ? Impossible ! L’humain est trop complexe !

Mais il n’y a pas que cela, et les Êtres invisibles à l’humain tel que les Anges du Bien et du Mal existe- t-ils ? Même ceux qui se disent « Athée » y croit, alors il n’y a pas de fumée sans feu, car même ceux qui content ne pas y croire comme certaines factions musulmanes et protestantes pensent qu’ils existent quand même ! Quelle hypocrisie !Ange- du mal, Azazel

Je crois en l’existence de ces Êtres, car je ne vois pas EL-SHADDAÏinventer des êtres vivants sans intelligence ! A quoi serviraient-ils ? De plus Il les créa le deuxième jour après qu’Adoël se libéra de la multitude de gaz qui donnèrent la Lumière et qu’Arouchaz se libéra de la multitude solide noire et dure et c’est la rencontre des deux, gaz, solide, que les Planètes se constituèrent. (Les Prémices de quelque chose chap. N°1)

« Cette évolution donna naissance aux vents cosmiques. La matière et les gaz circulaient dans tous les sens, se frottant, s’entrechoquant, s’explosant les uns contre les autres.

Toutes ces actions formaient de la poussière cosmique, celle-ci s’incorporant aux gaz, les gaz se mélangeant, ce qui créait de nouveaux gaz, qui s’enchevêtraient dans la matière.

Toute cette évolution de matière et de gaz, par les vents, se déplaçait à grande vitesse, et arrivait à des températures astronomiques. Ce magma en refroidissant donnait naissance à des astéroïdes, aérolithes, météores …, poches et boules de gaz, de véritable agglomérat, et agrégat avec ces poussières cosmiques …, un immense capharnaüm et c’est dans ce capharnaüm que les étoiles se formèrent.

. « Il » dit :

« Je vais mettre de l’ordre dans cette immensité, et je vais poser des Lois immuables, perpétuelles de Physique, de Chimie, moi qui aie créé toute cette matière visible et invisible, solide, liquide, gazeuse pour que mon alchimie soit impénétrable. » »

C’est dans ce contexte du deuxième jour de la création que cet Être Suprême créa les invisibles, II Hénoch, Livre des Secrets XXIX : 2

« Et du rocher en feu j’ai pris quelques flammes et avec celles-ci j’ai créé les ordres des dix troupes incorporelles d’anges, et leurs armes sont ardentes et leur rayonnement une flamme brûlante. J’ai commandé que chaque hiérarchie angélique devait se tenir et rester dans son ordre, à sa place ».

Cet Être Suprême seul et unique continua sa création, mais inventa ces invisibles pour qu’ils veillent à la gestion de l’Univers qui était parfait puisque le « Mal » n’existait pas encore, mais ces Êtres il les fit avec un cerveau et un « esprit » pour raisonner, réfléchir, penser, être responsable de leurs actes, librement, il les fit avec la poussière du Cosmos et les flammes du feu afin qu’ils vivent éternellement car ils reçurent le « Souffle de Vie »il les façonna à sa silhouette, sa ressemblance. Ces invisibles, comme leur Créateur EL-SHADDAÏ,détiennent des sentiments comme leur liberté de penser.

Le sixième jour EL-SHADDAÏ façonne de ses mains, avec la terre de la Terre et l’eau des quatre fleuves de la région du Paradis, l’Homme, et il admire dans le creux de sa main cette merveille finie. Comme un ébéniste devant son meuble terminé qu’il regarde content de son œuvre, ce Dieu contemple son ouvrage achevé et les Anges passant devant se prosternent voyant l’image de leur Fondateur dans le creux de sa main, et presque tous les Anges se prosternaient devant l’image de leur Dieu.

« Mais dans cette armée céleste un Ange, le premier créé, s’est détourné loin de l’ordre qui était sous lui, pour placer son Trône plus haut que les nuages au-dessus de la Terre, même l’ambition de l’installer au-dessus du mien, pour devenir égal au rang de ma puissance.

Alors je l’ai éjecté de mon Paradis, de la hauteur des Cieux avec tous les Anges qui étaient avec lui et pour lui et ils volent dans le ciel du firmament sans interruption au-dessus du sans fond, qui est la Terre. » (II Hénoch, Livre des Secrets XXIX : 3-4)

Création-Genèse bibliqueCeci nous prouve que les Anges avaient un « esprit »dans leur « âme vivante »et qu’ils sont peut-être invisible au regard humain, mais qu’ils sont matière quand ils se font voir aux humains. N’oublions pas non plus que nous possédons une deuxième image, invisible, non corporelle, mais matière tout de même qui possède notre « esprit »,II Hénoch XXX : 12 « J’ai conçu un parler astucieux pour s’exprimer, j’ai créé l’homme de nature invisible et visible, de tous les deux sont sa mort et sa vie et son image, il connait la parole comme certaine chose créée, petit dans la grandeur et encore grand dans la petitesse, et je l’ai placé sur terre, un second ange, honorable, grand et glorieux, et je l’ai nommé comme Gouverneur pour régner sur terre et pour avoir ma sagesse, et il n’y en avait aucun comme lui sur la terre de toutes mes créatures existantes », matière autre que l’Ange, mais cette enveloppe, comme un autre Ange avec un cerveau et un « esprit »comme les Anges honorable, grand et glorieux, comme aurait du être le pourquoi de notre création, mais voilà le « Mal »a pris naissance avec SAMMAËL le premier Ange créé et tout ceux qui l’ont suivi, ce qui prouve que les Anges étaient libre de leur penser, de leurs actions, mais eux aussi connaissaient la terminaison.

SAMMAËL et les Siens se sont révoltés volontairement pensant qu’ils étaient immortels contrairement à l’Humain, pourtant leur Créateur leur à promis qu’ils disparaîtront de l’immensité des Cieux, que jamais plus l’humain comme les Anges ne les verront car ils seront jetés dans le Néant et plus personne ne parlera d’eux et de leur méchanceté, le « Mal » aura disparu.

L’humain, dans tout l’Univers est le seul Être vivant à posséder deux images, une, visible, corporelle, qui retourne à la terre d’où elle fut créée, et l’autre invisible, de l’humain, mais visible des Anges et de son Créateur, d’une autre substance que les Anges, qui retrouvera son corps à la résurrection, suite au premier Jugement, car au second Jugement il n’y a pas de résurrection, c’est la mort définitive, instantanée, et la deuxième image part vers le Néant, pour l’oublie irrévocable.

L’esprit de l’humainest sa pensée, réflexion, raisonnement qui fonctionne avec son cerveau, mais aussi avec le cœur, siège des sentiments.

Personnellement, je suis convaincu que le corps, matière, ne peut vivre sans le spirituel c’est-à-dire l’esprit de ce corps qui dirige cette matière vers le bien, vers le mal, conscience de la matière, et qui continuera à vivre à l’endormissement de la matière qui retournera à son origine, poussière. Cet « esprit »du corps, est la partie « intelligente »que les animaux n’ont pas. Je réitère, à notre naissance nous sommes nus comme un ver et nos quatre premières années nous les passons dans le monde animal. Ce sont nos parents qui par l’éducation, nous dirige vers le bien, vers le mal, car jusqu’à l’âge de raison, ce sont eux qui sont responsable de nous, devant l’Être Suprême. Ils nous apprennent le vocabulaire, nous guident dans nos premiers pas, nous vêtissent et nous nourrissent.

A l’âge de raison nous recevons « l’Esprit »car nous savons juger entre le bien et le mal selon notre éducation parentale.Ange-l'humain parle avec

Cela est une certitude, à l’âge de raison nous donnons naissance à notre double, notre clone, en image, mais aussi en « esprit »cette chose qui nous ait personnelle car de tout l’Univers nous sommes les seuls à être cloné et uniquement nous, notre personnalité génétique, physique, sensoriel et spirituel, car le clonage n’existe pas dans l’Univers, nous sommes les seuls à posséder un double similaire, même EL-SHADDAÏ qui est notre Fondateur, Concepteur ne détient pas cette particularité

Cette caractéristique unique nous la connaissons bien, puisque invisible comme la parole, elle nous bouscule, nous interpelle, nous torture même, c’est notre conscience qui nous fait penser, réfléchir, raisonner, sur ce que nous sommes et ce que nous faisons, c’est cette cognition qui nous guide dans nos actions, nos pensées, en bien, en mal, et tout cela est invisible et pourtant bien vivant, incrusté dans la mémoire où éphémère comme le vent.

L’Église catholique romaine a donc cherché à approfondir le sens des termes, ce qui n’est pas allé sans controverse entre l’Église de Rome et les Églises d’Orient. Dans le catéchisme de l’Église Catholique, la notion d’âme est attachée à un individu (unité de la personne humaine et de l’âme), tandis que l’esprit est considéré aussi sous un angle collectif :

« L’héritage sacré de la foi, depositum fidei, contenu dans la Sainte Tradition et dans l’Écriture Sainte a été confié par les apôtres à l’ensemble de l’Église. En s’attachant à lui, le peuple saint tout entier uni à ses pasteurs reste assidûment fidèle à l’enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières, si bien que, dans le maintien, la pratique et la confession de la foi transmise, s’établit, entre pasteurs et fidèles, une singulière unité d’esprit. »[]

Ceci est particulièrement bien révélé dans l’introduction de l’encyclique Fides et ratio :

« La foi et la raison sont comme les deux ailes qui permettent à l’esprit humain de s’élever vers la contemplation de la vérité. C’est Dieu qui a mis au cœur de l’homme le désir de connaître la vérité et, au terme, de Le connaître lui-même afin que, Le connaissant et L’aimant, il puisse atteindre la pleine vérité sur lui-même. »

Le mot « esprit », avec une minuscule, donc celui de l’homme, apparaît très souvent dans cet encyclique, alors que le mot « âme »n’apparait qu’à cinq reprises.

Le mot Esprit écrit avec une majuscule, ou figurant dans les appellations Esprit de vérité, Esprit d’adoption…, toujours avec une majuscule, désigne « l’Esprit-Saint ».

« Au XVIIème siècle, Descartes sépare le corps de l’esprit, qu’il identifie à l’âme, en un dualisme : le corps est une substance étendue et relève de la mécanique d’où la théorie des animaux machines, tandis que l’âme est une substance pensante. En tant que passif, l’esprit est intellect ; en tant qu’actif, il est volonté. L’unité des deux reste un problème épineux, et Descartes voit dans la glande pinéale le lieu de communication entre les deux. Plus simplement, Descartes décompose l’esprit en trois composants,[] la pensée, l’imagination, et la mémoire.

À contrario, les tenants du matérialisme philosophique refusent l’existence d’un principe immatériel et l’esprit est conçu comme la manifestation de phénomènes physiologiques régis par les lois de la physique.

« Le cerveau sécrète la pensée comme le foie sécrète la bile. » (Pierre-Jean-Georges Cabanis, 1802). »

gp-Cycle de la reproduction des angiospermesDans les sciences cognitives contemporaines, le terme cognition ne renvoie pas seulement aux facultés de connaissance et intelligente de la pensée mais bien à l’ensemble des processus psychologiques à l’œuvre dans l’esprit humain et non-humain, incluant la perception, la motivation, la décision et les émotions …Les sciences cognitives regroupent un ensemble de disciplines scientifiques dédiées à la description, l’explication des mécanismes de la pensée humaine, animale voir artificielle comme l’informatique et plus généralement de tout système complexe de traitement de cette information, capable d’acquérir, conserver, utiliser transmettre des connaissances, étudiant des phénomènes aussi divers que la perception, l’intelligence, le langage, le calcul, le raisonnement et même la conscience.

Ainsi la théorie de l’esprit peut désigner les processus par lesquels l’esprit est compris comme engendrant des représentations et les conduites comprises comme déterminées par ces représentations.

Les données actuelles semblent indiquer que l’humain serait le seul primate à posséder cette capacité à traiter les états mentaux intentionnels, et qu’elle ne serait pas maîtrisée avant l’âge de 4 ans.

La Glande Pinéale ou Épiphyse est une petite glande endocrine de l’épithalamus du cerveau des vertébrés. Elle sécrète la mélatonine, et joue par son intermédiaire un rôle central dans la régulation du rythme biologique. Dans l’espèce humaine, l’épiphyse a la forme d’un petit cône d’environ 8 mm situé en position médiane en arrière du troisième ventricule, au-dessus des colliculi supérieurs derrière la stria medullaris.

Mythologie

La glande pinéale fut l’avant-dernière des glandes endocrines dont la fonction fut identifiée. Cela explique sans doute les spéculations tant physiologiques que métaphysiques qui ont entouré son rôle supposé central dans la pensée du fait de sa position dans l’encéphale

Connue depuis au moins l’époque de Galien, au IIe siècle ap. J.-C., la glande pinéale était baptisée kornarion, pignon de pin, en raison de sa forme semblable à la graine d’un conifère

La plus célèbre de ces théories est sans doute celle du philosophe français René Descartes qui désigna la glande pinéale comme le « siège »de l’âme. [] Pour justifier cette hypothèse, Descartes se basait sur le fait que la glande pinéale aurait été l’unique organe de la tête à n’être pas conjugué, c’est-à-dire ne se présentant pas sous une forme de paires d’organes symétriques situés de part et d’autre du plan sagittal. Par ailleurs outre sa position centrale, la glande pinéale se trouve juste au-dessus de l’aqueduc de Sylvius dont Descartes pensait qu’il guidait ce qu’il appelait les « esprits animaux » censés faire naître les sensations dans l’âme en frappant la glande pinéale. Aujourd’hui, les études histologiques ont montré que la glande pinéale est bien un organe conjugué mais les deux hémisphères qui la constituent sont presque fusionnés.

D’après Paul Foster Case, la glande pinéale est la « montagne » de la Bible où se fait la communication avec le Très Haut : « Moïse reçoit les tables de la loi « sur la montagne », d’un point de vue ésotérique, cette montagne ne serait autre que le siège de la glande pinéale. »

Les glandes ont beaucoup d’importance chez l’humain comme l’absence de la glande thyroïde amène à la trisomie, la glande pinéale siège de la mémoire, les glandes salivaires, urinaires, surrénales, etc

grossesseembry-3semsJe n’ai pas écrit sur le Fils d’El-SHADDAÏ, ce dernier étant androgyne, – personne qui possède le mélange de la personnalité des deux sexes sans avoir les organes génitaux, à ne pas confondre avec une personne hermaphrodite, personne qui possède les organes sexuels masculin et féminin et qui peut avoir la corpulence de l’homme ou la sculpture de la femme avec sa légèreté et finesse – il engendra ce Fils unique.

Ce Fils est sorti de ses entrailles,ce qui a permis à EL-SHADDAÏ de donner la « VIE » en dehors de sa création et de connaître le secret de la reproduction, donc de la VIE.

Lui seul et pas un autre connaît ce secret, même son Fils Bien-Aimé ne connaît pas le secret de la Vie.

Ceci est encore une preuve supplémentaire qui fait que le Jésus-Christ des chrétiens n’est pas un « Dieu »et n’est pas l’égal de son Père puisqu’il ignore ce secret, et de ce fait jamais, j’écris bien jamais il ne sera un « Dieu », alors respectons-le comme notre « Roi »louons-le comme notre Roi,mais ce qui est à EL-SHADDAÏreste à cet Être Suprême, qui est notre seul et unique « Dieu », adorons-le, vénérons-le pour ce qu’il est, et qu’il sera pour toujours, le seul et unique « Dieu »de l’Univers, chacun à sa place, chacun à son rang, seul EL-SHADDAÏ est « DIEU »Lui et pas un autre, même pas son Fils unique !….

La femelle, puis la femme qui porte ce secret en elle, ignore complètement toute la physique et la chimie qui se passe en elle quand elle façonne un nouveau-né, un humain à l’intérieur de son ventre.

Là, en premier je ne fais qu’une supposition qui me paraît logique, en second la logique devient une réalité indestructible, un fait que l’on ne peut ignorer, et que tout humain s’il est correct avec ses semblables, mais surtout avec lui-même ne pourra démentir.

EL-SHADDAÏétant androgyne comme écrit si dessus, il est Père et Mère, a engendré son Fils, j’en déduis qu’il a dû enfanter comme une femme par accouchement. Tout le processus interne de développement de son enfant c’est fait par la force du « Souffle » d’EL-SHADDAÏ, sans douleur, dans la joie. En effet il lui a fallu quelque chose ayant les mêmes fonctions que le spermatozoïde humain et quelque chose ayant les mêmes fonctions que l’ovule féminine interne à sa substance, que par sa volonté et la force intime du « Souffle » il y ait eu mélange des deux et toujours par la force interne du « Souffle », de l’ESPRIT, molécule par molécule il façonna son Fils à l’intérieur de son corps. Voilà pourquoi IL est le seul à détenir le mystère de la vie par procréation.Rel-Jésus le Nazaréen  Représentation ipothétique de (2)

Qui nous dit que ce Fils, là-haut dans les Cieux ne fut pas le premier être à la ressemblance humaine puisqu’obligatoirement il devait ressembler pour une partie à sa « Mère »pour l’autre à son « Père »d’où ce terme justifié de « Fils d’Homme ou Fils de l’Homme ».

Jean III : 12 -18Suite à une question de Nicodème, Jésus le Nazôréen –{ Le Jésus-Christ des Chrétiens }- lui répond.

« Si vous ne croyez pas ce que je vous dis de terrestre, comment croirez-vous ce que je vous dirai de céleste ?

Nul n’est monté au ciel, hormis celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’Homme.

Comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi faut-il que soit élevé le Fils de l’Homme, afin que quiconque croit ait par lui la vie éternelle.

EL-SHADDAÏ a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils Unique-Engendré, pour que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais ait la vie éternelle.

Car EL-SHADDAÏ n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.

Qui croit en lui n’est pas jugé ; qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au Nom du Fils Unique-Engendré d’EL-SHADDAÏ. »

Souvenez-vous bien de ce que je viens d’écrire car peu d’humain vous donnerons une explication si approfondie avec une telle logique.

Ce que je viens d’écrire en premier peut être considérer comme une supposition, quoi que ! … difficile à démontrer, mais encore plus laborieux à contester.

Souhaitant que cette lecture vous fut agréable, bénéfique, en attendant la suite dans quelques jours, portez-vous bien ! Prenez soins de vous et de votre maisonnée !

Salutations cordiales !

Sig : JP.G. dit « GRANDELOUPO »Uni.capharnaüm du com. 300xjpg

L’Âme n’est pas « Esprit », chap. N°1 – L’Esprit, l’esprit, qu’est-ce-que c’est ?

Posté : 1 juin, 2019 @ 1:45 dans Non classé | Pas de commentaires »

L’Âme n’est pas « Esprit », et l’esprit est dans « l’Âme »

 

 

Chapitre N°1

 

L’Esprit, l’esprit, qu’est-ce que c’est ?

 

 

 

L’Esprit avec une majuscule d’après la littérature religieuse Chrétienne serait adaptée à ce que cette religion nomme « Esprit-Saint ou Saint-Esprit ».

L’esprit avec une minuscule toujours dans le littéraire religieux Chrétien serait plus pour la pensée, le raisonnement, la recherche.

Qu’est-ce que l’esprit et qui possède un esprit ?

Voyons en premier quelques définitions encyclopédiques.

ESPRIT : substantif masculin de « souffle »

En particulier chez les Anciens c’était le « Souffle Vital » principe de vie : Esprit de vie, esprit vital.

Dictionnaire :

Substanceincorporelleetintellectuelle.

Principepensant.

Facultéde l’intelligence.

Vivacitédelapenséequifaittrouverdessailliespiquantes, desmotsamusants, desaperçusingénieux

Quelques définitions d’écrivain, poète et autres

L’esprit de vie souffle partout et dans les degrés où il veut ; c’est lui qui produit et entretient tous les mouvements de l’univers, qui sent dans les animaux, agit et pense en nous ; suivant que cet esprit de vie souffle plus ou moins en nous, nous sommes des génies ou des automates, forts ou faibles, courageux ou timides, etc… La volonté n’y peut rien. –(Maine de Biran, Journal, 1818, p. 154.)

Ancien Testament. Souffle provenant d’EL-SHADDAÏ, — de Dieu pour la chrétienté — en particulier souffle créateur, action créatrice et bienfaisante d’EL-SHADDAÏ.

Anges- création de l'Être suprêmeCe saint Georges plein de feu, de matérialité, est l’âme de tout, son souffle vivifie tout. Le vent de l’esprit passe sur lui (MICHELET, Chemins Europe, 1874, p. 237 ) :

Veni Creator Spiritus ! Cet esprit en qui EL-SHADDAÏ, a créé le monde en soufflant dessus, (…) il n’a pas cessé de passer sur nous, et c’est le grand Alizé qui, depuis le jour de la Pentecôte, gonfle les voiles de l’Église.Claudel, Poète regarde Croix, 1938, p. 253.

Barrès parlait des « lieux où souffle l’esprit ». Je ne crois pas qu’il n’en eût imaginé aucun où l’esprit soufflât davantage qu’en l’Université d’Oxford. De Gaulle, Mémoire de guerre, 1954, p. 565.

L’esprit est constitué par l’ensemble des facultés intellectuelles.

Dans de nombreuses traditions religieuses, il s’agit d’un principe de la vie incorporelle de l’être humain. En philosophie, la notion d’esprit est au cœur des traditions dites spiritualistes. On oppose en ce sens corps et esprit, nommé plus volontiers conscience par la philosophie et âme par certaines religions.

En psychologie contemporaine, le terme « esprit » devient synonyme de l’ensemble des activités mentales humaines, conscientes et non-conscientes et les processus mentaux humains dont la faculté de penser propre à celui-ci, la pensée, réflexion, raisonnement, les rêves et songes, mais aussi la cinémathèque intérieure de la boite crânienne, personnel et invisible au semblable le plus proche, le jardin secret de l’humain impénétrable par ce dernier, mais visible à celui qui nous a créé comme à certains Êtres du monde invisible.

Nous, humains, possédons « l’Esprit », cette chose invisible qui fonctionne par de la matière grise, possédant des milliards de connections. Cet « Esprit » c’est cette chose invisible, intouchable, impalpable, le jardin secret de tous les humains car personne, je le dis bien, personne ne peut entrer dans le cerveau d’un autre semblable, homme ou femme, vu que « l’Esprit » est égalitaire, riche ou pauvre, tous les humains possèdent « l’Esprit », siège de l’Intelligence qui elle, n’est pas égalitaire comme le vent, Jean III : 8, « Le vent souffle où il veut et tu entends sa voix, mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va. Ainsi en est-il de quiconque est né de l’Esprit. », et Ecclésiaste XI : 5, « De même que tu ne connais pas le chemin que suit le vent, ou celui de l’embryon dans le sein de la femme, de même tu ne connais pas l’œuvre d’EL-SHADDAÏ qui fait tout. », parce que « l’Esprit » est personnel et fonctionne avec le cœur, demeure de la pensée, habitat des sentiments et fil conducteur « Cœur-Esprit ». Comme je l’écris souvent : « Tu pourras m’empêcher de t’insulter, mais tu ne pourras jamais m’empêcher de le penser. »

Je pose une majuscule à « Esprit » « (E) » quand j’écris sur ce phénomène qui est comme l’Être Suprême, « invisible », « intouchable », « impalpable », « translucide ».

ESPRITS.Éléments d’une matière très subtile, légère, chaude, mobile et invisible, considérés comme les agents de la vie et du sentiment qu’ils portent dans les différentes parties du corps qu’ils animent.

Dans le langage ordinaire, le mot esprit renvoie non seulement à l’activité mentale mais aussi à certaines facultés ou dons intellectuels, particulièrement de vivacité, de finesse, d’humour

L’esprit est la totalité des phénomènes et de facultés mentales, perception, affectivité, intuition, pensée, concept, jugement, morale,

Dans de nombreuses traditions religieuses, il s’agit d’un principe de la vie incorporelle de l’être humain. En philosophie, la notion d’esprit est au cœur des traditions dites spiritualistes. On oppose en ce sens corps et esprit, nommé plus volontiers conscience par la philosophie et âme par certaines religions.Anges- assexués

Métaphysique : Science de l’être en tant qu’être, recherches et études des premiers principes. Discipline philosophique considéré par Platon comme le couronnement de toutes les connaissances

Métaphysique : science de la logique

En philosophie, la métaphysique désigne la connaissance du monde, des choses ou des processus en tant qu’ils existent « au-delà » et indépendamment de l’expérience sensible que nous en avons, mais elle prend des sens différents selon les auteurs et selon les époques

En métaphysique et dans les religions, le mot « Esprit » désigne normalement l’élément immatériel incarné en l’être humain Par extension se dit aussi de tous les êtres immatériels supposés doués d’intelligence : EL-SHADDAÏ, SAMMAËL et les Siens que l’on nomme « Démons » dans le langage populaire, les Anges, et tous les Êtres visibles dans l’invisible, et tout ce que considère les religions péjorativement soit les « Esprit surnaturel. »

En psychologie, le mot esprit désigne les processus mentaux et la faculté de penser propre à l’homme.

Ce terme fut parfois rejeté pour les connotations religieuses ou spiritualistes qu’il convoyait, les auteurs, en particulier dans l’école psychanalytique, lui préférant celui, plus neutre, de psyché.

Le mot « esprit » vient du latin « spiritus », dérivé de spirare qui signifie « souffler », mais en Latin il existe les mots inspirare, expirare dont la traduction française donne inspirer et expirer et qui en translation grecque donne « pneuma » et en hébreu ruach, qui en version linguistique française soumet, « poumon », qui a un rapport avec « souffle, vent, brise, alizé, effluve, esprit, âme, haleine, émanation » et encore bien d’autres mots en rapport avec cette invisibilité que nous ressentons, et qui nous effleure.

L’âme, du Latin anima qui signifie « souffle, respiration, inspiration, vent, »est le principe vital et spirituel, immanent ou transcendant qui animerait le corps d’un être vivant, humain, animal, végétal.

Les représentations symboliques de l’âme sont nombreuses, ainsi que les croyances à son sujet. Nous en trouvons dans la plupart des civilisations à travers des conceptions religieuses, philosophiques, psychologiques, ou populaires.

Le terme « âme » est souvent employé comme synonyme « d’esprit »

Le mot esprit pouvait se donner à tout ce qui est fort subtil, très actif, comme l’humour, les jeux de mots, mais aussi l’humain qui possède la réflexion, raisonnement, « sagesse »

L’esprit peut aussi renvoyer au principe de la vie ou à l’âme individuelle. On ne rencontre plus désormais cette utilisation, reprise par Leibniz, que dans les discours théologiques voire mystiques.

« Les Esprits ou âmes raisonnables » sont « des images de la Divinité, ou de l’Auteur même de la nature ; ce qui fait que les Esprits sont capables d’entrer dans une manière de Société avec Dieu … »

Rel-Cathédrale Orthodoxe de KievDans le langage philosophique contemporain « Esprit » peut être opposé à différentes notions 

« La chair a des désirs contraires à ceux de l’esprit, et l’esprit en a de contraires à ceux de la chair ».

Le terme original du mot « âme » en hébreu ce dit « néphèsh »mot employé dans la Bible pour désigner une personne, un être vivant car « néphèsh »aurait comme racine vraisemblablement « respirer » ou le terme « respirant ». La racine du mot « âme » en français vient du Latin « anima »qui a donné « animer, animation, animal, âme »

Le concept d’âme étudié par Platon dans l’Antiquité, est dans sa philosophie « ce qui se meut soi-même » et selon ses lois, l’âme la meilleure est celle du monde. Aristot en accord avec Platon définit l’âme comme « cause du mouvement vital chez les vivants », et considère l’âme comme « une substance simple dont les actions se manifestent dans les corps ».L’âme est personnifiée dans la mythologie grecque par Psyché et Virgile fait allusion à la métempsychose selon laquelle l’âme change souvent de sexe.

Revenons sérieusement au terme biblique de « l’âme », traduction Louis Segond 1910, Genèse II : 7, « Et l’Éternel Dieu forma l’homme, poussière du sol, et souffla dans ses narines une respiration de vie, et l’homme devint une âme vivante. »L’humain devient une « âme » vivante ! L’âme est donc corporelle, matérialisée et donc Platon comme Aristot avaient raison quand ils sous-entendaient que l’âme était une matière vivante donc par logique l’âme meurt quand le corps arrête de fonctionner, et cette remarque donne raison à « l’Écriture Biblique » qui dit que tous les êtres respirants sont des « Âmes vivantes ».Rel-Esprit d'Intelligence, Glande Pinéale

La religion chrétienne particulièrement fait une confusion entre l’âme et l’esprit considérant que le mot « âme » est le synonyme du mot « esprit » alors qu’ils sont opposés l’un à l’autre philosophique et psychologique car l’âme est unie au corp qui est matière, alors que l’esprit en est détaché car en philosophie l’esprit reste vivant comme exemple les pensées de Platon sur l’âme, l’âme est vitale, l’esprit lui est mental, l’un se voit par sa fonction, l’autre est invisible comme la parole, par exemple je vous offre ceci : boire un ver de bon vin rouge, et boire mes paroles, le premier est possible, le second est impossible et pourtant nous le disons car si le premier est réelle comme l’âme, le second est figuré, nous donnons une image à l’invisible, pour croire à quelque chose, « boire des paroles », impossible ! Le premier est réel, le second est mental !

Comme souvent la religion chrétienne vit sur ces ambiguïtés.L’usage commun contemporain oppose les termes « âme » et « esprit ». Le nom « esprit » désigne les facultés intellectuelles de l’Homme, considérées dans leur ensemble, tandis que le nom « âme » signale un esprit humain doté principalement de facultés morales. Là est toute l’ambivalence, car l’âme n’est pas « Esprit », ni l’esprit « l’Âme » comme déjà écrit l’âme est matérielle, vivante, par « le Souffle de Vie ».

Pour l’animal et les êtres vivants autres que l’Humain, « le Souffle de Vie » est automatique, car les êtres vivants l’ont reçu avec leur création, dans leurs gènes, la respiration vient systématique, sortie de l’œuf, ou de la matrice de la mère, pour l’humain, le pantin, la marionnette il a fallut qu’EL-SHADDAÏ souffle un vent dans les narines de son polichinelle pour que celui-ci devienne une « Âme Vivante », qu’il respire. Quand l’humain sort de la matrice de la mère, il lui faut un déclencheur pour qu’il respire voilà pourquoi les sages-femmes donnent une petite claque sur les fesses du nourrisson, pour déclencher la respiration ou le pleure du bébé pour qu’il aspire une bouffée d’air afin que la respiration se mette en marche.

Le bébé à la naissance n’a pas « d’esprit » en dehors des automatismes animal et ceci pendant les premiers mois de sa vie, voire les premières années.

Une seule question : quel est l’humain qui se souvient de ses trois premières années de vie ? Réponse : aucun car notre cerveau n’a pour le moment que les automatismes comme les battements du cœur, la respiration, la digestion du lait et sa transformation en déchet, la fonction urinal et l’instinct animal pour le « casse-croûte ». Le nourrisson ne pense pas, ne raisonne pas, ne réfléchit pas car son cerveau est en fabrication donc il est une « Âme » vivante, sans « Esprit » !

Ceci vous prouve que « l’âme » n’est pas un « esprit » et n’est pas son synonyme. Les religions chrétiennes en particulier et musulmanes trompent leurs ouailles en contant que « l’Âme » est « Esprit »

« Dans la philosophie spiritualiste, comme le spiritisme, l’esprit est le principe intelligent de l’univers dont la véritable nature reste à découvrir et les Esprits sont des êtres qui peuplent l’univers et qui possèdent « l’Intelligence ». Dans la doctrine spirite ce ne sont point des êtres d’une création, mais les Esprits, les Âmes de ceux qui ont vécu sur la Terre et qui ont quitté leur enveloppe corporelle. » Là aussi il existe une confusion car c’est l’Esprit des Âmes qui errent dans l’Univers

Bible-Codex-AlepLa religion chrétienne dont l’origine, la Genèse, vient de la religion hébraïque, considérant l’Ancien Testament comme un Livre sacré de leur religion ainsi que les « Écrits » apostoliques dont les auteurs sont des hébreux, le terme « juifs » français me déplaisant, Apôtres et Disciples de Jésus le Nazôréen, dont les écrits furent choisis arbitrairement en l’an 325, au Concile de Nicée, par l’Empereur Romain Alexandre le Grand et son ami théologien Eusèbe de Césarée pour former le « Nouveau Testament », alors que circulait à l’époque plus de deux mille Lettres, Épitres et Évangiles dans tout le Moyen-Orient et le Bassin Méditerranéen, second Livre Sacré des chrétiens. Cet Empereur Romain se déclarera le Pontifex Maximus de cette nouvelle religion naissante, rejetant le Judaïsme, mais gardant les Écrits comme « Sacrés » sans les respecter.

Cette religion déclarera dans ses « Dogmes » que leur Dieu, qu’elle nommera « Dieu » par manque de courage car elle prie le même Dieu que les Hébreux qu’ils nomment « Yahvé », « Élohim », « Adonaï » et « Yahël » et que nous « Enfants » de cet Être Suprême, nous nommons comme Abraham, EL-SHADDAÏ, qui signifie « Dieu au-dessus des Montagnes » et il m’arrive de le nommer aussi comme les Hébreux, c’est-à-dire « Yahvé » car comme toute chose dans l’Univers, de l’infiniment petit à l’infiniment grand, porte un « Nom » et pas ce nom vulgaire de « Dieu » qui désigne une foule innombrable d’Êtres souvent méchants, menteurs, vaniteux, orgueilleux et hypocrites détournant l’esprit humain de la « Sagesse », du bien et enseignement des Lois d’EL-SHADDAÏ, le seul et unique « Dieu » de tout l’Univers

Prenez soins de vous, de votre maison !

Portez-vous bien !

Salutations cordiales à tous

Sig : Jean-Paul G. dit « GRANDELOUPO »

 

 

 

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus